www.g-trouve.com

Poèmes 8.5 E la page simple L’INFINI CHEMIN DE L’I


Annonceur professionnel
 (31) Evaluer ce membre ?
VENDRE

Mise en ligne le
2015-09-10 19:13:16
8.00 €
France / 971 - Guadeloupe / les-abymes


Le Poème 8.5 E la page simple

L’INFINI CHEMIN DE L’INEXISTANCE.

CYRILLE Claudine Romain, 18 avril 2012. Les Abymes, Guadeloupe.
.
Nous sommes embrigadés dans nos cerveaux.
Figés par la technologie de l’Homme-Dieu.
Est-ce la divinité ou Méphistophélès, qui nous parle ?
Il décide de mon destin.
C’est le despote qui décide :
Quand tu mourras, qui seront tes amis, et pour quel destin ?

Cela favorisera, l‘hyper productivité ?
Alors un jour nous ne mangerons plus ;
Seulement des lubrifiants ? ….
Et nous finirons «électrivores » ?
Nous serons devenus des chimères.

Entre temps ce que tu bois, que tu manges te nourrient,
Chaque jour davantage de fantômes obscènes, et voyeurs.
Notre vie privée, notre souffle de vie
Se dissouent, subrepticement
Dans un martellement qui déchire mes entrailles.

Les rues seront bientôt vides, mais pleines de nos vacuités.
Nous nous regardons déjà, comme des égarés.
Nous sommes déjà comme partis pour ailleurs.
La prochaine station sur la route de notre inhumanité,
C’est le paradis peut-être ?

Alors nous vivons le purgatoire, pour l’instant ?
La haine, la violence, sont notre langage, quotidien.
Nous bavons de sang,
Dans nos hurlements inaudibles,
Indécryptables.

Nous ne savons que vitupérer.
Et nous atteindrons ainsi,
Vous croyez tout l’or du paradis ?
Mais nous nous hissons, finalement peut-être,
Que jusqu’aux damnés de l’enfer ?

Nous avons fait donc un bien grand pas,
Du purgatoire à Lucifer
N’est-pas ?
Tout cela pour nous élever
Au Paradis ?

Et la manne que nous mangerons
Nous, les anges de ce paradis
Elle tombera d’où ?
…….Car le ciel depuis longtemps,
Se sera brisé déjà.
Je crois….
……Un silence assourdissant inéluctable,
Eclabousse le sable
Et liquéfie le temps….
Et toi ! Devant l’écran de ton ordinateur qui me lie,
Quelle place fais-tu
Au despotisme ……… à la démocratie, dans ta vie ?
Si ton doigt peut toucher
Mon cœur, depuis ton écran tactile
Alors, combien j'aimerais que mes mots…..
Echouent, et déferlent
Sur l’ile ainsi apaisée, de ton âme.


Akalericypro, GPE



Envoyer un email (?)

Telephone : 





Boutique du membre

 akalericypro





Le contenu des annonces n'engage que leurs auteurs